Qui sommes nous ?

adtb-lourd          affiche-30-eme-anniversaire-1985-2015-copy-high

L’Association pour le Développement de la Terre Battue (ADTB) a été créée en juillet 1985 par Yves MERCIER, kinésithérapeute du sport et Bruno RENOULT, ancien joueur de tennis professionnel.conf-de-presse-mccc-1989

Notre mission: informer pour convaincre que la terre battue est  la meilleure surface pour pratiquer le tennis.

Nos arguments: elle est la meilleure pour la santé et la moins chère à long terme.

Nos actions:

-stands d’information à Roland-Garros et dans de nombreux autres endroits depuis 1985

-parution annuelle de la revue « LE TENNIS SUR TERRE BATTUE » entre 1989 et 2002

-création du site http://www.terrebattue.org, seul site au monde consacré exclusivement à la terre battue

-création du « Senior Tour sur terre battue » en 2006

-collaboration avec la FFT pour promouvoir la terre battue en France

-tenues de statistiques, parts de marché, coûts, classements des joueurs etc. sur la terre battue, en France et dans le monde

-aide aux clubs (la plupart du temps) ou des municipalités (parfois) à choisir la bonne surface.

Aujourd’hui, malgré  la situation particulière de la France (beaucoup trop de communes) et du tennis en France (à 90% public), nous continuons à défendre cette surface.

Nous avons contribué à enrayer la baisse de la part de la terre battue en France, à ce que les clubs créent des terres artificielles plutôt que des courts en béton. Mais nous avons du mal à les convaincre que tous les courts de tennis nécessitent un entretien et qu’il est indispensable.

La solution est aussi économique. Il faut des clubs d’au moins 6 courts où la cotisation annuelle est assez chère pour assurer des installations de qualité et la maintenance qui va avec. Malheureusement nous avons en France près de 8000 clubs (pour 36000 communes) alors qu’il en faudrait seulement 5000.

Il y a peut-être une autre raison pour laquelle notre pays est en retard par rapport à ses voisins européens et aux sud-américains. Ils utilisent un procédé de fabrication plus simple à mettre en œuvre et qui demande moins d’entretien que la terre battue traditionnelle  française type Roland-Garros.